R I J A S O L O

PHOTOGRAPHE


© Rijasolo 2017

"La guerre des zébus"
2013 - 2014

Les vols de zébus commis par ces jeunes qu'on appelle plus communément « dahalo » ou « malaso » sont le lot quotidien des populations vivant dans les régions du Sud de Madagascar. Cette tradition ancestrale, voire ce « sport régional », moyen pour les jeunes de prouver leur virilité, n'était autrefois cataloguée qu'au rang de petit délit de brousse par les autorités. Mais depuis plus d'un an le vol de zébus est devenu affaire d'Etat depuis que les dahalo se sont organisés en groupe, armées de fusil d'assaut, entraînés militairement et n'hésitant pas à tuer pour arriver à leur fin. En 2012 les esprits sont marqués par l'affaire Remenabila, un dahalo ayant sous ces ordres 200 à 300 malfaiteurs auteurs du vol de plusieurs milliers de zébus dans le Sud et de l'assassinat de 12 gendarmes à Iabohazo en juin 2012. Cette affaire déclenchera une opération militaire d'envergure, l'opération Tandroka, sensée rétablir l'ordre et capturer Remenabila, mort ou vif. Cette opération sera rapidement condamnée par les observateurs internationaux pour ses méthodes musclées et des cas d'exactions par les militaires envers des populations rurales.
En début d'année, l'armée affirme finalement, mais sans grande conviction, que Remenabila a été tué lors d'une opération militaire anti-dahalo.
Pour autant les vols de zébus n'ont pas cessé et, de l'aveu des autorités, ont même pris de l'ampleur. On parle d'un nouveau successeur à Remenabila dénommé Rekamainty. Entre mars et mai 2014 on compte plus de 100 morts et des milliers de réfugiés suite à des attaques de dahalo dans la partie Sud de Madagascar.
Entre le 7 et le 9 mai, les villages d'Andranondambo et Ambatotsivala au nord d'Amboasary Sud s'accusent mutuellement de vols de zébus et s'affrontent causant la mort de 15 personnes. Quelques jours après, 150 militaires issus des forces de gendarmerie de Tana et de Fort Dauphin sont envoyés dans la région. La mission de cette opération militaire baptisée « Coup d'arrêt » reste similaire à l'opération Tandroka de fin 2012 : « pacifier » et « sécuriser » les campagnes malgaches dans l'Ouest et le Sud du pays. Dans le Sud, les forces armées sont concentrés sur une zone s'étendant de Betroka à Amboasary Sud, une zone extrêmement difficile d'accès, dépourvue d’électricité ou de réseau téléphonique. La situation ne semblant pas s'améliorer, l'armée décide début juin d'envoyer 90 militaires de plus et de poursuivre l'opération jusqu'à fin juin - début juillet 2014.
Mais déjà les premières accusations d'intimidations et actes de violence par des militaires sur les habitants du village de Besakoa, 100 km au nord d'Amboasary Sud, vont une nouvelle fois ternir la crédibilité de l'Etat dans cette nouvelle « guerre des zébus ».

(Projet en cours)

 
http://rijasolo.com/files/gimgs/th-100_001IMG_2499.jpg
Betroka, Sud de Madagascar - février 2013

Un éleveur de zébus rentrent à Betroka avec son bétail. Betroka, chef-lieu du district, a accueilli la majeure partie des forces spéciales de l’armée malgache ayant participé à l’opération Tandroka entre septembre 2012 et février 2013.

 
http://rijasolo.com/files/gimgs/th-100_002IMG_2563.jpg
Betroka - Centre Hospitalier Régional - février 2013

Tognazy et son neveu Avotra, dans les bras. En décembre 2012, Tognazy et sa soeur enceinte de Avotra se sont enfuies alors que les militaires incendiaient leur village, Voromiantsa. Avotra est né dans la forêt et sa mère est morte en accouchant. Tognazy a marché pendant 3 jours avec son neveu dans les bras avant d’atteindre la ville de
Betroka.

 
http://rijasolo.com/files/gimgs/th-100_003IMG_2603.jpg
Betroka, Camp pénal - février 2013

Le lieutenant-colonel Mamy était chef de compagnie lors de l’opération Tandroka. Il critiquait depuis le début la façon dont les opérations militaires étaient menées dans la région. Il décida de ne plus suivre les ordres de ses supérieurs
et a été emprisonné - officiellement - pour «extorsion de fonds».

 
http://rijasolo.com/files/gimgs/th-100_004IMG_2620.jpg
Betroka - février 2013

Le sergent Stéphane, est un commando du Régiment des Forces d’Intervention (RFI) basé à Antananarivo. Son régiment était en opération dans la région de Betroka pour «chasser du dahalo».

 
http://rijasolo.com/files/gimgs/th-100_005IMG_2779.jpg
Mahabo (district de Betroka) - février 2013

Mahabo est une petite localité située à la frontière des montagnes de l’Andriry où les militaires ont mené une partie de l’opération Tandroka. Mahabo accueille un grand marché de zébus une fois par semaine et subi régulièrement les attaques de dahalo.

 
http://rijasolo.com/files/gimgs/th-100_006IMG_2900.jpg
Montagnes de l’Andriry - fevrier 2013

Des habitants des montagnes nous mènent jusqu’aux villages brûlés par l’armée. Les villages sont séparés de plusieurs dizaines de kilomètres et l’accès, qui se fait uniquement à pied, y est très difficile. Il n’y a ni route, ni réseau téléphonique, ni électricité.

 
http://rijasolo.com/files/gimgs/th-100_007IMG_3256.jpg
 
 
http://rijasolo.com/files/gimgs/th-100_008IMG_3312.jpg
Lieu-dit «Rotomana» - février 2013

Des habitants des villages de Andorisa et Morarano se sont réunis pour reconstruire des habitations de fortune depuis l’incendie de leurs villages fin 2012 par des militaires de l’opération Tandroka.

 
http://rijasolo.com/files/gimgs/th-100_009IMG_3263.jpg
 
 
http://rijasolo.com/files/gimgs/th-100_010IMG_3328.jpg
 
 
http://rijasolo.com/files/gimgs/th-100_011IMG_3139.jpg
Asely - février 2013

Le village d’Asely a été complètement incendié par les militaires en novembre 2012. Environ deux cents personnes y vivaient.

 
http://rijasolo.com/files/gimgs/th-100_012IMG_3178.jpg
 
 
http://rijasolo.com/files/gimgs/th-100_013IMG_3122.jpg
Asely - février 2013

Feve, 58 ans, marié et père de famille pose dans les ruines de sa maison. «Je suis très triste et révolté par cette situation. Toute notre récolte de riz a brûlé, nous n’avons plus rien a manger...»

 
http://rijasolo.com/files/gimgs/th-100_014IMG_3104.jpg
Près du village d’Asely - février 2013

Sasiesy, 50 ans, mariée, mère de 4 enfants, pose dans la nouvelle
maison qu’elle et son mari ont construit après l’incendie. «Quand j’ai demandé aux militaires qui ils cherchaient exactement, ils ne m’ont pas répondu et ont brûlé notre maison. Puis ils sont allés brûler l’école du village aussi. L’instituteur est reparti à Betroka et depuis il n’y a plus d’instruction pour les enfants...»

 
http://rijasolo.com/files/gimgs/th-100_015IMG_3004.jpg
Ambodelaky - février 2013

Dans une maison détruite par les militaires lors de l’opération Tandroka.

 
http://rijasolo.com/files/gimgs/th-100_016IMG_3048.jpg
Ambodelaky - février 2013

Tsidisoa, le doyen du village, dit être centenaire. Il raconte : «Les militaires sont arrivés dans notre village, ils étaient environ 150. Ils m’ont demandé de sortir de ma maison, j’ai refusé et ils m’ont poussé de force dehors. Un militaire a allumé le toit* avec un briquet et ma maison a pris immédiatement feu avec toutes nos affaires à l’intérieur...» (* les toits sont en chaume)

 
http://rijasolo.com/files/gimgs/th-100_018IMG_3379.jpg
Andorisa - février 2013

Marquise, 30 ans, célibataire, pose avec ses deux enfants dans les ruines de leur maison. Elle est obligée de porter son fils de trois ans qui souffre d’un problème respiratoire. «Je voudrais aller jusqu’à Mahabo pour le faire consulter par un médecin, mais je n’ai pas d’argent et j’ai peur de croiser les gendarmes qui sont là-bas...»

 
http://rijasolo.com/files/gimgs/th-100_017IMG_3348.jpg
Andorisa - février 2013

Jean-Baptiste pose avec sa femme et ses enfants dans les ruines de leur maison. «Nous revenions de la rizière quand j’ai vu les militaires entrain de brûler notre maison. Je me souviens bien, c’était un lundi vers midi. Ils ont pris un de nos zébus pour le manger. Et je me souviens très bien de cet officier qui donnait des ordres à tout le monde, ici on l’appelle Bevolotanana...» Il s’agit du Colonel Lylyson, l’officier des forces spéciales qui dirigeait l’opération «Tandroka» sur le terrain.

 
http://rijasolo.com/files/gimgs/th-100_019IMG_3566.jpg
Montagnes de l’Andriry - février 2013

Le cyclone Haruna va traverser toute la partie Sud de Madagascar. Nous nous réfugions au plus vite dans des cases au milieu des montagne.

 
http://rijasolo.com/files/gimgs/th-100_020IMG_2911.jpg
Montagnes de l’Andriry - février 2013

Rebena (à gauche) raconte qu’un jour des militaires à la recherche de dahalo sont arrivés chez lui et ont réquisitionné 80 «kapoaka»* de riz, 9 poulets et un zébu pour leurs repas. (*mesure de riz équivalant au contenu d’une petite boite de conserve)

 
http://rijasolo.com/files/gimgs/th-100_021IMG_3543.jpg
Montagnes de l’Andriry - février 2013
 
http://rijasolo.com/files/gimgs/th-100_022IMG_3504.jpg
Montagnes de l’Andriry - février 2013
 
http://rijasolo.com/files/gimgs/th-100_023SUD_IMG_5009.jpg
District d’Amboasary - juin 2014

Des éléments de la gendarmerie de Fort Dauphin sont en mission de «sécurisation». Ils font partie de l’opération militaire Coup d’Arrêt décidé par le gouvernement depuis mai 2014.

 
http://rijasolo.com/files/gimgs/th-100_024SUD_L1129878.jpg
District d’Amboasary - juin 2014
 
http://rijasolo.com/files/gimgs/th-100_025SUD_L1129890.jpg
District d’Amboasary - juin 2014
 
http://rijasolo.com/files/gimgs/th-100_026SUD_IMG_5119.jpg
District d’Amboasary - juin 2014
 
http://rijasolo.com/files/gimgs/th-100_027SUD_IMG_5324.jpg
Andranondambo - juin 2014

Des gendarmes patrouillent dans le village d’Andranondambo qui a été complètement détruit et pillé par les habitants du village d’Ambatotsivala le 8 mai 2014. Les habitants d’Ambatotsivala sont considérés comme dahalo par les autorités militaires.

 
http://rijasolo.com/files/gimgs/th-100_028SUD_L1129936.jpg
Andranondambo - juin 2014

Dans les ruines du village d’Andranondambo victime d’une attaque du village voisin d’Ambatotsivala le 8 mai 2014.

 
http://rijasolo.com/files/gimgs/th-100_030SUD_IMG_5202.jpg
Andranondambo - juin 2014
 
http://rijasolo.com/files/gimgs/th-100_031SUD_IMG_5266.jpg
Andranondambo - juin 2014
 
http://rijasolo.com/files/gimgs/th-100_033SUD_IMG_5371.jpg
Andranondambo - juin 2014

Des gendarmes ont découvert ce cadavre qui était entrain d’être dévoré par les chiens errant. A ce jour aucun membre de la famille n’est venu récupéré la dépouille de cette personne.

 
http://rijasolo.com/files/gimgs/th-100_034SUD_IMG_5373.jpg
Andranondambo - juin 2014
 
http://rijasolo.com/files/gimgs/th-100_035SUD_IMG_5453.jpg
Ambatotsivala - juin 2014

Les gendarmes patrouillent dans les ruines du village d’Ambatotsivala considéré comme un village de dahalo par les autorités. Les habitants d’Ambatotsivala, considérés comme dahalo et menacés d’arrestation par les autorités militaires, sont actuellement en fuite dans les collines voisines.

 
http://rijasolo.com/files/gimgs/th-100_037SUD_IMG_5504.jpg
Ambatotsivala - juin 2014
 
http://rijasolo.com/files/gimgs/th-100_038SUD_IMG_5509.jpg
Ambatotsivala - juin 2014
 
http://rijasolo.com/files/gimgs/th-100_039SUD_L1129965.jpg
Tranomaro - juin 2014

Des gendarmes patrouillent dans le village de Tranomaro où 300 habitants d’Andranondambo s’y sont réfugiés.

 
http://rijasolo.com/files/gimgs/th-100_040SUD_IMG_5586.jpg
Tranomaro - juin 2014

Environ 300 habitants du village d’Andranondambo se sont réfugiés à Tranomaro situé une vingtaine de kilomètres plus au Sud.

 
http://rijasolo.com/files/gimgs/th-100_041SUD_IMG_5597.jpg
Tranomaro - juin 2014

RASOANIRINA Evangeline, 27 ans, habitante du village d’Andranodambo et réfugiée à Tranomaro. Elle raconte que son bébé de 3 mois a été tué par des habitants d’Ambatotsivala qui lui ont tiré dessus au fusil de chasse.

 
http://rijasolo.com/files/gimgs/th-100_042SUD_IMG_5619.jpg
Amboasary Sud - juin 2014

Monsieur DAMY RANDRIANASOLO Edouard, maire de la commune de Maromby dont font partie les villages d’Andranondambo et Ambatotsivala. Il vit actuellement caché à Amboasary Sud craignant des représailles des habitants d’Andranondambo qui l’accusent de passivité face au conflit qui oppose les deux villages. Il accuse l’Etat et les autorités militaires d’avoir délaissé cette région, favorisant ainsi l’insécurité et les crimes commis par les dahalo.

 
http://rijasolo.com/files/gimgs/th-100_44bisSUD_IMG_5996.jpg
Amboasary Sud - juin 2014

Monsieur BEHOSOA, 40 ans, est un habitant du village de Besakoa situé à 100 km au Nord d'Amboasary-Sud. Il est actuellement réfugiés à Amboasary-Sud chez des amis. Fin mai 2014 des gendarmes sont arrivés dans le village accusant ses habitants d'être des voleurs de zébu. Ils seraient rentrés de force dans les maisons, réquisitionnant de l'argent, des poulets et des sacs de riz. A présent monsieur BEHOSOA ne veut plus revenir dans son village de peur d'être arrêté par les gendarmes en patrouille dans la zone.

 
http://rijasolo.com/files/gimgs/th-100_044SUD_IMG_5803.jpg
Amboasary Sud - juin 2014

TOSOA MIHARY (à gauche), 21 ans, et TSIRY TAMA (droite), 30 ans, deux habitants du village d’Ambatotsivala, ont été arrêtés par la gendarmerie. Les habitants d’Ambatotsivala sont considérés comme dahalo par les autorités.

 
http://rijasolo.com/files/gimgs/th-100_045SUD_L1130165.jpg
Amboasary Sud - juin 2014

Portrait présumé de Remenabila, l’ex-ennemi public numero un, accusé de meurtres et du vol de plusieurs milliers de zébus entre 2012 et 2013. Remenabila est à présent considéré comme mort pour les autorités sans qu’il y ait eu preuve de son décès.

 
http://rijasolo.com/files/gimgs/th-100_045SUDbis_L1130058.jpg
Amboasary Sud - juin 2014

Distribution d’huile et de riz pour les 1200 réfugiés du village d’Andranondambo dans la cour du district d’Amboasary Sud. Cette distribution est organisée par l’Etat, le Comité Malagasy de Reconciliation (FFM) et la Croix Rouge Malagasy. Le village d’environ 2000 habitants, a été complètement détruit le 8 mai 2014 par les habitants d'Ambatotsivala considérés comme voleurs de zébu par les autorités.

 
http://rijasolo.com/files/gimgs/th-100_046SUD_IMG_5747.jpg
Amboasary Sud - juin 2014
 
http://rijasolo.com/files/gimgs/th-100_048SUD_IMG_5824.jpg
Amboasary Sud - juin 2014
 
http://rijasolo.com/files/gimgs/th-100_050SUD_IMG_5847.jpg
Amboasary Sud - juin 2014
 
http://rijasolo.com/files/gimgs/th-100_049SUD_L1130212.jpg
Amboasary Sud - juin 2014
 
http://rijasolo.com/files/gimgs/th-100_051SUD_IMG_5961.jpg
District Amboasary - juin 2014

Des enfants gardent des zébus (mpiarakandro) au lieu-dit AHOVOTSOTSE. On dit qu’il est impossible pour un propriétaire de bovidés d’exposer ses zébus au grand jour comme ceci s’il n’est pas lui-même dahalo.

 
http://rijasolo.com/files/gimgs/th-100_053SUD_File050.jpg
District Amboasary - juin 2014

Un marché au zébu au lieu-dit SOATSIFA. Les gendarmes locaux considèrent que c’est souvent lors des marchés aux zébus que les dahalo se rassemblent et sont recrutés pour préparer des opérations de vols de zébu.